La Nièvre ET LA LOIRE BOURGUIGNONNE

Texte et photos Eric Bahari


La Nièvre mérite bien son ancienne devise "Vert pays des eaux vives". Son tourisme vert, son fleuve sauvage, son patrimoine historique et culturel, ses vins célèbres et sa gastronomie font partie des nombreux atouts de ce département situé en Bourgogne.


La Charité-sur-Loire

Les maisons aux toits pentus, les ruelles qui serpentent dans la ville historique, les remparts, le Prieuré et les églises font de cette cité médiévale et monastique une étape incontournable pour découvrir la Nièvre et la Loire Bourguignonne.


                                          

   Le clocher Sainte-Croix (XIIe siècle), La Charité-sur-Loire                                                   Maison d'habitation insérée dans les bâtiments religieux, La Charité-sur-Loire


Notre-Dame de La Charité-sur-Loire : La prospérité

Le très puissant ordre de Cluny fonde le monastère de la Charité-sur-Loire en 1059. Notre-Dame de La Charité-sur-Loire est la 2ème plus grande église de la chrétienté après Cluny. Grâce à ses 7 chapelles, 7 messes peuvent être célébrées en même temps. Le monastère s'enrichit rapidement grâce aux terres données par les seigneurs. Les abbés ont alors plein pouvoir. Un évêque ou un seigneur ne peut rentrer sur les terres de l'abbaye sans autorisation. Situé sur la route royale Paris-Lyon, l'influence du monastère va devenir de plus en plus importante. Le Prieuré clunisien de La Charité-sur-Loire s'enrichit grâce aux donnateurs qui offrent des terres en échange des prières des abbés. Ce système économique très lucratif prendra fin à l'époque des constructions des grandes cathédrales au XIIe et XIIIe siècle.

 

                                            

   Eglise Notre-Dame (XIe siècle), La Charité-sur-Loire                                                                    Tympan de la transfiguration, La Charité -sur-Loire


Notre-Dame de La Charité-sur-Loire : Le déclin et la renaissance

Profitant d'un courant d'émancipation des populations urbaines en réaction contre la féodalité monastique et séculière, les évêques aidés par la monarchie vont reprendre le pouvoir sur les abbayes. Les finances royales vont faciliter l'élévation des nouvelles cathédrales à laquelle vont participer activement les populations des villes et les établissements religieux. Le pouvoir des "moines de coeur" disparait au profit de moines plus modestes. Ces derniers travaillent contrairement aux "moines de coeur" qui récitaient jusqu'à 150 psaumes par jour en échange de dons. En 1559, un incendie ravage la ville et l'abbaye, achevant son déclin. La Charité sera restaurée au XVIIIe siècle et le prieuré sera vendu comme Bien National à la révolution. L'intégration des maisons privées dans les bâtiments religieux date de cette époque. Depuis 1998, l'église est classée par l'Unesco "Patrimoine mondial de l'humanité au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France". Le label Ville d'art et d'histoire a été attribué à La Charité en 2011. En 2012, La Charité-sur-Loire devient "Centre Culturel de rencontre". Cette distinction exceptionnelle (15 sites en France) lui permet de proposer une programmation culturelle de très grande qualité.

  

           

   Le cloître du Prieuré, La Charité-sur-Loire                                                                           Vitraux contemporains de l'artiste new-yorkais Christopher Wool, salle capitulaire XIIIe et XIVe siècle 


Promenade en coche d'eau sur la LoirE

La marine de Loire a connu ses heures de gloire jusqu'à l'apparition du chemin de fer. C'était en effet un moyen de transport de passagers utilisé au XVIIIe siècle. Les promeneurs visitaient ainsi les châteaux le long de la Loire et tenaient un journal, ancêtre des guides touristiques. Ils faisent des commentaires sur les auberges et les lieux visités. On retrouve également une iconographie importante consacrée à ces bateaux dans la faïence de Nevers. Des personnages célèbres utilisaient ces coches d'eau comme Madame de Sévigné qui voyageait avec son carosse sur le bateau ou Stendhal qui descendit la Loire sous un nom d'emprunt. Aujourd'hui, des guides conférenciers font revivre l'histoire passionante de la marine de Loire lors d'une navigation très agréable et reposante sur ces bateaux d'autrefois.


       

    Coche d'eau, bateau traditionnel transportant des passagers                                                                    Yvan Doirieux, guide conférencier

                        

     Coche d'eau sur les rives de la Loire                                                                                                         Coucher de soleil sur la Loire 


Nevers

La Faïence de Nevers

Idéalement situé sur la Loire, Nevers est déjà au XVIe siècle un centre de commerce très important. à cette époque, Louis IV Gonzague de Nevers demande aux frères Conrade d'importer l'art de la faïence d'Italie. L'émail bleuté est très prisé au XVIIe siècle. Le blanc pur est préféré au XVIIIe siècle. Fondée en 1648, la Manufacture du Bout du Monde de Nevers introduit le "noeud vert" à la fin du XIXe siècle. Peinte au dos, elle permettait de reconnaitre les faïences de la Manufacture. Cette marque distinctive fut ensuite adoptée par l'ensemble de la profession. En 1875, Henry Montagnon rachète la Manufacture du Bout du Monde et redonne à la faïence de Nevers une dimension internationale en participant aux expositions de 1878 et 1889. Aujourd'hui, des maîtres faïenciers continuent à perpétuer la tradition. Dans Nevers, un fil bleu au sol permet de suivre le chemin des faïenciers.


                                  

                           Faïence d'Art Montagnon, 2 aiguières crées pour l'Exposition universelle de 1889                                                       Le noeud vert, signature de la Faïence de Nevers                  


                                  

    Différents pigments utilisés dans la Faïence de Nevers                                           Le Maître faïencier Laetitia Moreau dans son atelier de la "Faïence bleue", Nevers


Le musée de la Faïence 

Ce musée est situé dans le site de l'abbaye Notre-Dame de Nevers où l'architecture moderne s'intègre parfaitement aux vieilles pierres du monument religieux. Les différentes salles, sculptures, figurines en verre émaillé du XVIIe et XVIIIe siècle, salons meublés du XVIIe et XVIIIe siècle, peintures du XIXe siècle montrent la richesse des collections du musée. La salle la plus importante est consacrée aux faïences. Sur 240 m2, des centaines de pièces exceptionelles classées par usage reflètent la richesse de la production de la faïence de Nevers depuis le XVIe siècle.


                                              

   Musée de la Faïence, Nevers                                                                                                                 Les 4 étapes de la fabrication d'une faïence

                   

    Vasque décor mythologique Eugène Huilier manufacture "Le bout du monde" 1864                          Vasque rafraîchissoir, graveur Michel Dorigny d'après Odoardo Fialetti vers 1680-1685


La ville historique

Riche d'un patrimoine historique remarquable, Nevers possède de très beaux monuments médiévaux comme l'Eglise Saint-étienne et la Cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte ou renaissance comme le Palais Ducal. Nevers est affilié au réseau national des villes d'art et d'histoire. Ce label récompense les villes qui ont une politique d'animation et de valorisation de leur patrimoine.


                  

    Eglise Saint-étienne VIe siècle, Nevers                                                                                                 Palais ducal XVe siècle, Nevers

                 

    Cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte Julitte Xe siècle, Nevers                                                                    Fresque de l'abside Cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte Julitte, Nevers